Des humains derrière l’intelligence artificielle. La sous-traitance du travail de la donnée entre la France et Madagascar - Institut Polytechnique de Paris Access content directly
Theses Year : 2024

Humans behind artificial intelligence. Outsourcing data processing between France and the Global South

Des humains derrière l’intelligence artificielle. La sous-traitance du travail de la donnée entre la France et Madagascar

Abstract

The unrestrained development of artificial intelligence is giving rise to growing fears about its impact on work and society. In the context of concerns about the end of work, we expand the research perspectives opened up by the literature to show that, behind the recent explosion of commercial AI projects in Northern countries, we find a growing number of data workers located in the Global South. Our work thus focuses on one of the most concrete realities of AI: its role in the international division of labour. We specifically look at AI models developed in a commercial context, asking how they are developed and what their consequences are for work. Our research is grounded in original data from questionnaire and interview with all actors in the French AI production chain: in France, we interviewed model developers and users of AI systems; and in Madagascar, we interviewed data workers and managers of subcontracting firms specialising in this activity. Our thesis is then based on four levels of analysis. A study of the work organisation of AI from the perspective of subcontracting mechanisms in the field of AI. We show that, although they operate remotely, workers are strongly integrated into the production process, which is explained through the need of monitoring data quality and therefore the performance of AI models. An analysis of the consequences of AI on work by analysing outsourced activities that are essential for its development.This part allows us to show that these are qualified jobs belonging to a sector that offers many 'complementary' activities that complement the functioning of AI models.We also show that this industry operates in a post-colonial context that gives rise to a 'data extractivism' that gives rise to a 'data extractivism' that is synonymous with AI models' development. We also show that this industry operates in a post-colonial context, giving rise to a 'data extractivism' that is synonymous with the establishment of a veritable 'chain of global precarity'. Finally, we contribute to the sociology of AI by analysing what the work of AI explains about the functioning of artificial intelligence, especially in terms of 'bias'.
Le développement effréné de l'intelligence artificielle suscite de plus en plus de craintes quant à ses impacts sur le travail et sur la société. Face aux inquiétudes liées à la fin du travail, nous prolongeons les perspectives de recherche ouvertes par la littérature en montrant que, derrière l’explosion récente des projets d’IA commerciales des pays du nord, on retrouve un nombre croissant de travailleurs de la donnée situés dans des pays du Sud. Notre thèse porte ainsi sur une des réalités les plus concrètes de l'IA : son rôle dans la division internationale du travail. Nous nous intéressons plus spécifiquement aux modèles développés dans un contexte commercial en nous demandant comment sont-ils fabriqués et quelles sont leurs conséquences sur le travail ? Nous nous appuyons sur des données originales provenant d'une enquête par questionnaire et par entretiens réalisée auprès de l'ensemble des acteurs de la chaîne de production des SIA français. En France d'abord, nous avons interrogés des concepteurs de modèles et des utilisateurs de systèmes d'IA. A Madagascar ensuite, où nous avons questionnés des travailleurs des données et des dirigeants d'entreprises de sous-traitance spécialisée dans cette activité. Notre thèse articule alors quatre niveaux d'analyses. L'étude de l'organisation du travail de l'IA sous l'angle des mécanismes de sous-traitance du secteur de l'IA. Nous montrons que, même s'ils opèrent à distance, les travailleurs sont fortement intégrés au processus de production, ce qui s'explique par la nécessaire maîtrise de la qualité des données et donc des modèles d'IA. L'analyse des conséquences de l'IA sur le travail de part l'examen des activités externalisées essentielles à son développement. Cette partie nous permet de montrer qu'il s'agit d'un travail qualifié qui s'inscrit dans un secteur offrant de nombreuses activités "complémentaires" qui suppléent le fonctionnement des modèles d'IA. Nous montrons également que cette industrie opère dans un contexte post-coloniale qui laisse apparaître un "extractivisme de données" synonyme de la mise en place d'une véritable "chaîne de précarité globale". Nous contribuons finalement à la sociologie de l'IA, en analysant ce que le travail de l'IA explique du fonctionnement de l'intelligence artificielle, notamment en matière de "biais".
Fichier principal
Vignette du fichier
these_CLL.pdf (14.49 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-04605206 , version 1 (07-06-2024)
tel-04605206 , version 2 (10-06-2024)
tel-04605206 , version 3 (25-06-2024)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : tel-04605206 , version 2

Cite

Clément Le Ludec. Des humains derrière l’intelligence artificielle. La sous-traitance du travail de la donnée entre la France et Madagascar. Sociologie. Institut Polytechnique de Paris, 2024. Français. ⟨NNT : 2024IPPAT001⟩. ⟨tel-04605206v2⟩

Collections

TDS-MACS
324 View
56 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More